AMERIQUE DU NORD,  CANADA

S’installer à Whitehorse au Yukon ! Arrivée, démarches et conseils

Pour notre seconde année de Permis Vacances-Travail au Canada, on a décidé de repasser à une vie sédentaire. Mais pas n’importe où : on s’est installé à Whitehorse, au Yukon. Après presque 5 mois de vanlife dans les rocheuses canadiennes, on s’installe dans l’un des trois territoire du Canada. À nous le Grand Nord, les espaces sauvages à perte de vue et la vie au grand air !

Presque deux ans se sont écoulés depuis notre arrivée au Canada. Et comme on aimerait bien rester un peu plus, il a fallu s’installer quelque part pour faire une demande de résidence permanente. Notre PVT arrive doucement à sa fin et pour être honnête, on a pas envie de rentrer.

À quoi ressemble la vie dans le grand Nord canadien ? Quelles sont les avantages, les inconvénients et les démarches pour s’installer ? On te partage tout dans cet article, consacré à notre installation dans l’un des territoires les plus isolés du Canada.

Notre arrivée au Yukon

Le Yukon : le Yu… quoi ?

Quand on préparait notre départ au Canada, je passais beaucoup de temps devant cette immense carte routière du Canada à imaginer tous ces endroits qu’on allait découvrir et ceux qui me faisaient rêver. Derrière les rocheuses d’Alberta, c’est le territoire du Yukon qui attisait le plus ma curiosité. Terres d’aventures, voisin de l’Alaska et lieu culte de la célèbre ruée vers l’or. Et surtout, ce n’est pas une destination phare des touristes et PVTistes. Aucun doute, il fallait qu’on aille voir ça de nos propres yeux.

A l’annonce de notre prochaine destination, beaucoup ne savait même pas où situer le Yukon sur une carte. On a même eu droit a « c’est au Canada ça ? » ou encore « mais qu’est ce qu’il y a là bas ? ». Et bien, c’est ça le truc : tout et rien à la fois.

Le Yukon en quelques chiffres
– C’est l’un des trois territoires du Grand Nord canadien
(le pays compte 10 provinces et 3 territoires).
– C’est 480 000 km² de superficie, équivalent à celle de l’Espagne, avec une population d’environ 40 000 habitants, soit la ville de Thionville, de Gap ou d’Angoulême.
– Ses trois voisins directs sont l’Alaska, les Territoires du Nord-Ouest et la Colombie-Britannique.

En résumé, le Yukon est une terre très sauvage, où c’est l’humain qui s’adapte à la nature et non l’inverse. Et c’est pour cela que beaucoup de gens sont attirés par ce territoire : la curiosité les fait venir, puis la beauté et l’authenticité des lieux font qu’ils ne repartent jamais.

Comment se rendre au Yukon ?

Nous sommes partis en direction du Yukon depuis Jasper, en Alberta. Ne sachant pas où aller après notre road trip en Alberta, j’ai proposé à Léo de prendre la direction de Whitehorse, capitale du Yukon. Bon, on a pas d’autres idées, il nous reste un peu d’argent… Alors, go for it ! Il n’y a que deux routes qui montent au Yukon : une part de Vancouver et longe la côte Ouest du Canada jusqu’au Yukon (2300 km environ) et la seconde commence près de Jasper, en Alberta.

Google Maps annonce 1900 km entre Jasper et Whitehorse, c’est parti pour l’aventure ! On commence notre montée jusqu’à rejoindre la célèbre Alaska highway. Le nom de cette route te donne déjà une impression de bout du monde. Plus on monte, plus on croise d’animaux sur notre chemin : au total, 7 ours, 2 troupeaux de bisons sauvages (oui, tu as bien lu, des TROUPEAUX), quelques wapitis et biches. L’expérience est juste incroyable.

Troupeau de bisons sur la route du Yukon

Vivre au Yukon, ça ressemble à quoi ?

Je me souviens encore dire à Léo : « Il faut être un peu fou pour vivre là-bas tu crois pas? » quand on regardait les documentaires de RMC Découverte sur l’Alaska, bien installés dans notre canapé. Aujourd’hui, je peux répondre à cette question. Et je dirais que oui, il faut être un peu dingue pour s’y rendre, et encore plus pour y rester. Cette vie ne convient pas à tout le monde et tu vas vite comprendre pourquoi dans la suite de cet article.
Et honnêtement, c’est mieux comme ça. Car ce qui fait le charme de ce territoire, c’est que peu de gens y vivent.

froid Yukon
Une journée à -40°C au Yukon

Une aventure au quotidien

« This is Yukon » ou encore « Yukon style » sont des expressions que tu entendras souvent ici et qui représentent bien la vie sur ce territoire. C’est un peu la débrouille ici, car parfois, il faut pouvoir répondre à une problématique qu’il n’y a pas ailleurs.
Voici quelques faits :

– La mode n’existe pas, chacun s’habille comme il veut, sans jugement.
– De nombreuses personnes vivent dans des cabanes en bois, en forêt, sans eau courante ni électricité.
– S’habiller avec des vêtements gratuits de seconde main est très populaire. Beaucoup d’objets et de fringues sont laissés dans des « free stores », dans les déchetteries du territoire. Tu ne sais jamais ce que tu vas y trouver, mais tu ne repars jamais les mains vides.
– À Whitehorse, la plupart des magasins sont spécialisés dans l’Outdoor. Je te mets au défi de me trouver un magasin qui vend des escarpins.
– Les principales activités sont la randonnée, les courses de motoneiges et le traineau à chiens.
– Ici, on chasse et pêche encore pour se nourrir.
– Commander sur Internet est parfois obligatoire. Beaucoup de choses sont introuvables au Yukon.
– Il arrive que les supermarchés soient vides parce qu’un camion est tombé en panne en chemin ou qu’une des deux seules routes qui desserre le territoire se soit effondrée.
– Tu n’es jamais à l’abri de croiser un coyote, un renard, un loup, un ours, un orignal ou même un lynx. – — Tout le monde se balade avec un Bear spray ou parfois une arme, juste au cas où.
– Il y a énormément d’artistes au Yukon, terre d’inspiration pour bon nombre d’entres eux.
– Ici, presque tout le monde vit sur les terres ancestrales des Premières Nations.

Bref, il suffit de sortir de chez toi pour qu’une nouvelle aventure commence. C’est à peu près ça, la vie au Yukon.

Un musher en sortie de traineau

Les 4 étapes indispensables pour s’installer au Yukon

1. Trouver du travail au Yukon

Le marché du travail à Whitehorse

C’est l’étape la plus facile. Le Yukon étant isolé avec des conditions de vie plus rudes que dans le reste du Canada, le territoire est en manque permanent de main d’œuvre. Si bien que toute nouvelle personne qui arrive ici est la bienvenue. Léo a mis moins d’une semaine pour trouver du travail en couverture avant de changer pour devenir charpentier une semaine plus tard. Pour ma part j’ai postulé à deux offres en communication et en attendant les réponses aux entretiens, j’avais déposé mon CV dans trois cafés de la ville. Le lendemain, deux sur trois me proposaient un travail.

Niveaux salaires, les taux horaires peuvent varier du simple au double, tout va dépendre du métier que tu exerces. En règle général, un métier qualifié paye très bien et les demandes d’augmentation de salaires après quelques mois d’ancienneté se font très facilement (si tu travailles bien ^^).

Comment trouver du travail au Yukon?

Bien que ce ne soit pas difficile, il faut tout de même le trouver ce travail! Voici quelques conseils pour rapidement trouver ce que tu cherches à ton arrivée :

Recherche d’emplois sur internet : Yuwin.ca

Si un emploi est disponible au Yukon, il sera publié sur Yuwin ! C’est LE moteur de recherche d’emplois le plus utilisé au Yukon. Il ressemble globalement au traditionnel Indeed mais réservé au Yukon. Tu peux aussi regarder directement sur les sites Internet des entreprises qui t’intéressent et les démarcher directement sur place.

Se rendre à l’Association franco-yukonnaise (AFY)

Je n’en fait pas la publicité parce que j’y travaille (bon, un peu quand même ^^) mais visiter l’Association franco-yukonnaise de Whitehorse est un bon point de départ. De nombreux services y sont proposés pour les nouveaux arrivants francophones, dont celui d’aide à la recherche d’emplois et à la rédaction d’un CV. Des évènements sont aussi organisées toute l’année pour dynamiser la communauté francophone, se créer un réseau et faire des activités en français.

Faire appel à la communauté francophone du Yukon

Il ne faut pas la sous-estimer, la communauté francophone ici est très présente ! N’oublions pas que le Yukon est la troisième région du Canada où l’on parle le plus français.

Pour la contacter, direction Facebook avec le groupe « Francophones du Yukon » qui réunit près de 1 200 membres. Tu peux y poser tes questions, demander de l’aide pour ta recherche de logement, d’emplois, de sorties etc… Le groupe est bienveillant et répond généralement à toute sollicitation.
Cependant, pose des questions précises et réfléchies plutôt que « je débarque à Whitehorse, pouvez-vous m’aider? ».

Pour notre part, nous avions publié sur ce groupe un message de présentation avec nos domaines de compétences et que nous également cherchions un logement qui accepte les chiens (une denrée rare ahah). Quelques personnes nous avaient donné des noms d’entreprises et quelques tips, ça nous avait beaucoup aidé.

Le bouche à oreille

Le gros avantage d’une petite capitale comme Whitehorse, c’est que tout le monde se connait. Le bouche à oreille est donc très puissant pour trouver ce que tu cherches. Que ce soit du travail, un logement ou encore un véhicule, les meilleurs plans sont souvent ceux dont tu entends parlé avant même qu’il soit sur le Web. Alors un conseil, n’aies pas peur de parler avec les gens et de te présenter dés que tu en as l’occasion. Les yukonnais sont très serviables et aiment aider, s’ils le peuvent.

Aller dans les lieux populaires de la ville

Que ce soit le marché, les cafés où les bars de la ville, n’hésite pas à parler avec les gens. Tu veux notre lieu secret pour rencontrer du monde et se faire des premiers contacts ? Pour nous, c’est le dog park de Whitehorse, au bout de Main Street. De nombreux propriétaires de chiens viennent ici tous les jours pour dégourdir les pattes de leur toutou. Du coup, ils se connaissent tous très bien et ont peut être des contacts qui pourraient t’intéresser. Bon, il faut un chien certes, mais franchement, pour nous, c’est au Dog Park que notre envie de rester à Whitehorse s’est amorcée.

Magasin Sports experts à Whitehorse

2. Trouver un logement au Yukon

Là c’est une autre ambiance. Il va falloir se battre et être patient! Je ne te cache pas que c’est le plus gros problème du territoire : les prix des logements sont démesurés et il y a peu de choix, c’est le résultat d’une grosse demande pour très peu d’offres. Le marché est saturé. Mais ne désespère pas! On a trouvé en étant un couple avec un chien ce qui signifie clairement qu’on était pas les meilleurs candidats pour les propriétaires de logement. Principalement, les annonces sont sur kijiji.ca ou sur le marketplace de Facebook.

Il va falloir faire des choix sur ce que tu es capable d’accepter ou non pour avoir un toit au dessus de ta tête. Voici les types de logements qui peuvent s’offrir à toi au Yukon et les budgets à prévoir :

L’appartement ou la maison à louer
C’est habituellement ce que les familles et les couples recherchent en priorité pour s’installer à Whitehorse. Et puis, il y a la réalité. A moins que tu tombes sur la perle rare, c’est le logement le plus cher, entre 1800 $ (pour un appartement avec une chambre) et 3000$ (appartement avec 3 chambres) par mois environ. Ce type de logement accepte parfois les animaux mais il faut être capable de sortir une telle somme tous les mois, sans compter les charges qui s’ajoutent. Sachant que la caution ici équivaut à un mois de loyer, il te faut sortir environ 4 000 $ dés l’entrée dans le lieu.

Le « basement » ou le sous-sol de maison
C’est l’alternative moins cher si tu veux l’intimité d’un appartement avec un prix plus abordable. Le basement te permet aussi de vivre dans une maison en pleine nature hors de la ville, où les appartements n’existent pas. En revanche, il faut savoir que tu vas vivre avec tes propriétaires juste au-dessus de ton logement. Il faut donc être sûr des gens avec qui tu t’engages, car les problèmes peuvent arriver vite si le feeling ne passe pas.

C’est dans ce type de logement que nous vivons actuellement. Nous payons 1500 $ (tout inclus) pour un sous-sol aménagé et meublé à Marsh Lake (45 km au Sud de Whitehorse) comprenant une chambre, une cuisine/salon, une salle de bains privée, accès aux extérieurs. Concernant les animaux de compagnie sur ce type de logement, c’est au bon vouloir des propriétaires, s’ils ont des animaux ou pas etc.

La maison où l’on vit, à Marsh Lake

La colocation
Très prisée aux alentours de Whitehorse, la colocation est devenue monnaie courante en ville. C’est la solution la moins chère pour se loger, entre 800 – 1200$ par mois pour une chambre dans une maison en colocation. On s’est vite rendu compte que ça ne serait pas pour nous. Quand on trouvait une colocation qui acceptait les chiens, c’est le fait qu’on soit en couple qui posait problème et vice-versa. Mais si tu es célibataire, c’est une bonne solution pour se loger et se faire des amis.

La cabane « off grid » en dehors de la ville
C’est le logement le plus populaire pour ceux qui n’ont pas trouvé leur bonheur en ville : la cabane en forêt non raccordé à l’eau courante ni à l’électricité. Au Yukon, la pénurie de logements à donné lieu à des habitations alternatives, simple et pas cher. Avec un loyer compris entre 700 et 1 000$, les cabanes sont habituellement situées à 20 min de la ville minimum, équipé du minimum pour vivre. C’est la vie à la yukonnaise. Les gens se ravitaillent en eau en ville ou en station service. Pour les douches et le linge, des campings proposent un accès illimité à leur infrastructure pour quelques dollars par mois. Certaines entreprises ont également des douches pour leurs employés. Cela se fait bien avec un peu d’organisation et avantage non négligeable, presque toutes les locations de cabanes acceptent les chiens.

Personnellement, bien que l’on soit adepte de la Vanlife et de la vie simple, on avait envie d’avoir un peu de confort et se faciliter la vie. Mais si notre logement actuel ne s’était pas présenté à nous, nous aurions surement fini dans une cabane.

Au total, nous avons visité 4 logements dont celui dans lequel nous habitons aujourd’hui. Cela nous aura pris 15 jours de recherches intensives.

Exemple de cabin « off grid » yukonnaise.

3. Acheter un véhicule

Sans voiture, tu ne pourras pas aller bien loin. Au Yukon, les distances sont énormes et si tu veux sortir visiter le territoire, un véhicule est indispensable. Mais bien sûr, un territoire isolé avec peu d’habitants comme le Yukon engendre peu de choix sur le marché. Les tarifs sont souvent trop chers pour la qualité du véhicule en vente. De plus, il n’est pas rare que le kilométrage des véhicules soient élevés dues aux grandes distances à parcourir. Et enfin, si une voiture est intéressante, il faut te rendre disponible très rapidement pour la voir, car elle sera achetée en moins de deux heures.
Bref, si tu peux acheter une voiture avant de venir au Yukon, c’est vraiment ce que l’on recommande.

Encore une fois, le bouche à oreille est de mise pour trouver la perle rare avant qu’elle ne soit en vente sur Internet. C’est grâce à nos contacts que nous avons trouvé notre Ford Focus de 2007 avec 85 000 km au compteur pour la maudite somme de 2500 $. Et elle roule comme un charme !

Niveau administratif, il te suffira de signer un acte de vente que le vendeur aura préalablement imprimé et de payer le prix demandé. Puis, tu devras assurer le véhicule dans la compagnie d’assurance de ton choix. Pour notre part, nous avons choisi The Personnal pour les tarifs abordables et la simplicité de la démarche.

Pour immatriculer un véhicule au Yukon : tous les détails sur le site du gouvernement du Yukon

4. Les démarches administratives au Yukon

Le changement de permis de conduire

Si tu as un permis de conduire français – ATTENTION

Malheureusement, il n’existe pas d’accord entre le Yukon et la France en termes d’échange de permis de conduire, comme c’est le cas en Colombie-Britannique ou au Québec par exemple. Il te faudra un permis canadien d’une autre province pour l’échanger contre un permis yukonnais. Sinon, on te demandera de repasser entièrement ton permis de conduire. C’était notre cas et on était pas chaud de le repasser alors, on a trouvé une alternative. Rendez-vous dans l’encadré ci-dessous.

Si tu n’arrives pas directement au Yukon, pense à échanger ton permis français contre un canadien rapidement, si tu es dans une province qui dispose de cet accord. Peu importe où tu t’installeras par la suite, tu te remercieras de l’avoir fait.

Pour les provinces qui échangent les permis français, la démarche est simple :
– Tu te rends dans un Bureau des véhicules automobiles avec ton passeport, ton PVT, ton permis de conduire français et une carte de paiement
– Si tu as une correction sur tes yeux, tu passes un test rapide de la vue
– Tu réponds à quelques questions simples du code de la route canadien
– Tu donnes ton adresse postale de résidence
– On te prend ton permis de conduire français (dis-lui « bye bye » car c’est la dernière fois que tu le vois)
– Tu devras payer 31$ (tarifs 2021 au BC) pour la confection de ton nouveau permis
– On te prend en photo
– Ton nouveau permis te sera envoyé à l’adresse postale de résidence sous 15 jours ou plus. En attendant, tu auras un papier probatoire dans le cas où tu te ferais controler.

Si tu arrives au Yukon avec un permis français
Comme nous, tu t’ai fait avoir et tu ne veux pas repasser de permis de conduire? La seule solution est de descendre quelques heures en Colombie Britannique (C-B) et faire ton échange de permis dans cette province. Le bureau des véhicules automobiles le plus proche du Yukon est à Atlin (à 2 h 45 de route de Whitehorse).
Tout se passera comme indiqué plus haut. La seule subtilité est de donner une « fausse » adresse de résidence en C-B (celle d’un ami, d’un hôtel, d’une banque etc.) et de demander à ce que le permis te soit envoyé à une autre adresse postale que celle de résidence, soit ton adresse yukonnaise. Notre excuse a été de dire que nous allions passé les 2 prochains mois chez des amis au Yukon et qu’il serait plus facile pour nous de récupérer nos nouveaux permis chez eux. Les agentes ne nous ont posé aucune question ni justificatifs et ont accepté notre requête.
10 jours plus tard, on recevait nos permis de Colombie-Britannique chez nous, au Yukon.

Si tu te rends à Atlin pour ton permis, tu auras droit à ce paysage en prime

Si tu as un déjà un permis de conduire canadien d’une autre province ou territoire

Tu vas devoir faire l’échange pour un permis yukonnais dans le Bureau des véhicules automobiles de Whitehorse. Viens directement avec ton passeport, 2 preuves de résidences au Yukon, un moyen de paiement (28 $ à payer pour la création du nouveau permis) et ton permis canadien actuel que tu devras rendre. La démarche ne prend pas plus de 20 minutes.

Le changement de plaques d’immatriculation

Pour un véhicule provenant d’une autre province ou territoire

Notre van étant immatriculé en Colombie-Britannique, nous avons dû changer les plaques. Voici les différentes étapes :
– Appelle ton assurance actuelle pour demander un Claims and Insurance History, qui répertorie l’historique de tes incidents de conduite.
– Choisis ta nouvelle assurance et appelle pour ouvrir un contrat au Yukon. Après t’avoir poser toutes les questions sur ton véhicule et son usage, l’assurance te donnera le montant à payer pour ton véhicule et si tu acceptes, tu devras leur envoyer le fameux Claims and Insurance History de ta précédente assurance pour confirmer que tu n’as pas de réclamation en cours.
– Pour finir, l’assurance t’enverras une confirmation de contrat d’assurance sur ta boite mail.

Une fois que tu as une assurance automobile qui te protège au Yukon, rends-toi dans le bureau des véhicules automobiles de Whitehorse avec :
– Le certificat d’immatriculation actuel du véhicule
– Preuve d’assurance automobile valide au Yukon
– Ton passeport et ton permis de conduire
(pas obligatoirement canadien)
Une carte de paiement.

Demander la Carte d’assurance-santé du Yukon

Au Yukon, le Régime d’assurance-santé couvre les frais relatifs aux soins médicaux et hospitaliers. Il est donc important de demander sa carte lors de son installation sur le territoire.

Simplement, il faudra attendre au moins trois mois avant de faire sa demande et détenir un permis de travail pour être admissible, en tant qu’étranger, au Régime d’assurance santé du Yukon. Ensuite, rendez-vous au bureau de Whitehorse, au 204, rue Lambert, 4e niveau, avec ton PVT, ton passeport et une preuve de résidence valable (un bail par exemple).
Tous les détails sont sur le site officiel du gouvernement du Yukon.

Tu recevras ta carte par la poste à ton adresse de résidence sous 3 semaines.

Les avantages et les inconvénients de la vie au Yukon

Vivre au quotidien au Yukon n’est pas toujours ce qu’on croit, que ce soit dans le bon ou le mauvais. C’est pourquoi je dresse ci-dessous les principaux avantages et inconvénients à vivre ici. À toi, de te faire ta propre opinion. En réalité, rien ne vaut plus que de venir sur place pour te rendre compte des lieux. En tout cas, nous on adore notre vie ici !

Weekend en amoureux au Yukon

Les avantages d’une vie au Yukon

Une communauté francophone riche et dynamique

Le Yukon est un des territoires du Canada où l’on parle le plus français. Il n’est pas rare d’entendre la langue de Molière dans les rues de Whitehorse ou de Dawson. L’Association franco-yukonnaise est un organisme incontournable pour un francophone. Elle propose de nombreux services en français et activités dans le but de faciliter l’arrivée des francophones au Yukon, de souder et de faire vivre cette belle communauté. C’est pour moi un réel privilège en tant que francophone de pouvoir vivre dans sa langue natale en dehors de son pays.

Les yukonnais sont accueillants, gentils et solidaires

S’il y a bien une chose qui a pesé dans la balance quand on a décidé de s’installer, ce sont bien les yukonnais. Et un an après, je peux encore le dire : les habitant du Yukon sont très sympas. Le peu d’habitants au kilomètre carré fait que la solidarité, l’entraide et la bienveillance sont des valeurs encore bien présentes ici. Il ne sera pas rare que des passants viennent te parler ou caresser ton chien, simplement parce qu’ils en ont envie. Et puis, la plupart des gens qui vivent aujourd’hui au Yukon ne sont pas originaire du territoire. Ce sont des voyageurs, qui comme nous, ne devaient être que de passage à la base. Il y a donc toujours de très belles histoires derrière chaque personne que tu rencontres ici.

Une vie au plus près de la nature

Le Yukon offre ce que peu d’endroits dans le monde peuvent encore offrir : c’est la nature qui domine et non la vie humaine. Ici, il y a juste ce qu’il faut de modernité pour vivre sans être coupé du monde. Les gens mènent des vies simples, en équilibre avec ce qui les entoure, sans vouloir tout transformer. Pas de 5G, pas de magasin de fast fashion, pas de grands buildings, d’Aqua Boulevard ou de Zoo. Un vrai retour à l’essentiel.
La vie sauvage omniprésente ramène un peu l’être humain à sa juste place. Le Yukon te donne un bel aperçu de ce que le monde serait, si nous n’étions pas 7 milliards sur cette terre.

Les opportunités d’entreprendre

Le Yukon est un bel endroit pour les entrepreneurs. Ici, tout est à faire et il y a peu de concurrence, quelque soit le domaine dans lequel on souhaite entreprendre. Une idée de business qui existe déjà 50 fois à Montréal peut ne pas exister à Whitehorse. De plus, le gouvernement yukonnais soutient beaucoup les entrepreneurs et les aide à se lancer.

Des expériences uniques à vivre

Le Yukon regorge d’expériences incroyables à vivre. Que ce soit d’expérimenter les températures extrêmes du grand froid, de s’extasier devant des aurores boréales, de regarder depuis l’intérieur un ours monter sur ton van, de faire du traineau à chiens dans cette immensité, de croiser des animaux sauvages au bord des routes, de mettre les pieds en Alaska, de boire un whisky avec un orteil momifié au fond du verre etc… Le Yukon est clairement à vivre au moins une fois dans sa vie!
Pas de panique, un article arrive bientôt pour ne rien manquer lors de ton passage au Yukon :).

Les aurores boréales du Yukon

Les inconvénients d’une vie au Yukon

La pénurie de logements

C’est, pour moi, la plus grosse ombre au tableau. Se loger est presque devenu impossible et surtout, hors de prix. Le prix de location et d’achats de logements a explosé ces dernières années au Yukon et crée de gros problèmes. Le peu d’offres et le grands nombres de demandes favorisent les propriétaires de logements, qui en profitent pour demander des loyers indécents et des profils de personnes qui n’existent pas : pas d’animaux, pas de fumeurs (même à l’extérieur), pas de soirées… Bref, pas de vie quoi. Cela peut être très décourageant quand on souhaite s’installer au Yukon.

S’équiper dans tout coûte cher

L’inconvénient quand tu vis sur un grand territoire comme le Yukon, c’est que tout devient un peu compliqué si tu n’es pas équipé. Et pour s’équiper, et bien il faut payer! Que ce soit en termes de vêtements -40°C pour l’hiver ou d’équipements outdoor pour profiter de la nature, ça peut vite chiffrer pour avoir des basiques. À Whitehorse, il n’y a pas de Décathlon. Les magasins spécialisés dans l’outdoor ne vendent que des produits techniques essentiels au Yukon, fabriqués par de grandes marques comme Arcterix, Patagonia, The North Face ou Columbia.

Il te faut un canoë si tu veux profiter des lacs, des skis pour profiter des montagnes, une motoneige pour kiffer en forêt pendant l’hiver, un gros 4 x 4 pour sortir des sentiers battus, un caravane pour le camping en été etc… Cette liste n’a pas de fin et c’est un peu le problème. Il y a ceux qui vivent simplement, et ceux qui ont l’argent pour consommer la nature et acheter tout ce que je viens de citer plus haut…

Les distances pour visiter le territoire

Le Yukon est immense et peu peuplé. Il faut s’armer de patience pour découvrir le territoire et rouler de nombreuses heures pour visiter chacun des lieux d’intérêt, très éloignés les uns des autres. Partir à quelques heures de route de Whitehorse peut vite s’avérer être toute une aventure.

Ce n’est pas vraiment un inconvénient, mais il faut s’y préparer. Le prix de l’essence étant également très élevé, cela peut vite coûter cher d’aller camper un weekend.

La route vers Kluane National Park – Yukon

L’isolement géographique du Yukon

Si tu souhaites partir en vacances à l’étranger en tant qu’habitant du Yukon, il faudra que tu prennes minimum deux vols pour te rendre à ta destination (sauf si tu décides d’aller en Alaska). Le Yukon est très isolé et son aéroport n’accueille qu’un seul vol international entre mai et septembre : Francfort Main – Whitehorse. Pour le reste, il faut rejoindre généralement Vancouver avant de prendre un vol pour une destination internationale. C’est un facteur à prendre en compte quand tu planifies tes vacances et le budget. Cela peut également dissuader les gens de venir te voir, car jugé trop loin.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Partagez
Enregistrer